Pendant le mois de décembre, nous avons vécu l’une des pires journées avec Moody!
Comme chaque jour, je l’emmène faire sa promenade dans la forêt en fin de journée avant que les autres rentrent.
Lâché avec son collier électrique, je le laisse se dépenser en gardant un oeil sur lui et une distance correcte entre nous.
Comme régulièrement, je teste si il écoute bien ne l’appelant 1 ou 2 fois et là c’était encore le cas.
Je l’ai habitué à resté dans le chemin et ne pas trop s’en éloigner. Au bout de 10 minute de ballade, il était à une 15aine de metres de moi et d’un coup sort du chemin. Je l’appelle, le rappelle, lui envoie une petite décharge mais rien, je ne le vois plus. Je pense que dès qu’il est sorti du chemin, il a du se mettre à courir très vite.
Autant dire que les 15 mètres de distance ainsi que les quelques secondes où je ne le voyais plus, il devait être très loin déjà.
J’ai normalement 300 mètres de portée mais avec le vallonnement et les arbres, la distance réelle se réduit très vite. Malgré mes appels, pas de Moody en vue.

Je le cherche, l’appelle mais la nuit tombe très vite en cette période. J’appelle immédiatement sa maîtresse, qui fond en larmes et alerte tout le monde pour qu’on parte à sa recherche.
Très rapidement, on contacte les vétérinaires du coin, on met une alerte sur les réseaux sociaux du 91 et on prévient la gendarmerie du secteur (il est important de les prévenir non pas pour qu’ils partent à sa recherche mais au cas où il est victime d’un accident ou en créer un. C’est une manière de se protéger)
Pendant près de 4 heures nous le cherchons dans la forêt, dans la nuit mais il faut se faire une raison, il n’est plus là!

beagle fatigué apres s'etre enfui

Un petit Moody bien fatigué après sa fugue

Après une nuit horrible, à s’imaginer les pires scénarios, je décide de retourner le chercher dés le lever du jour. En arrivant au parking de l’Eglise où je gare ma voiture lorsque l’on va en ballade, et avant de sortir de la voiture, je prend son jouet favori qui fait du bruit (car à force de hurler son nom on se fatigue!), une laisse (pour le ramener si je le retrouve), des croquettes et mon téléphone chargé au maximum (pour prévénir si je me perd ou si je le retrouve blesser).

Il fait jour et assez froid car on est en décembre, je m’engage dans la forêt en appuyant sur son jouet et immédiatement, j’entends un aboiement mais pas comme d’habitude… je reconnais mon Moddy!
Je continue à appuyer sur le jouet afin qu’il continue à aboyer et que je puisse me diriger vers lui. Je le retrouve enfermé dans la cimetière qui se trouve juste à côté du parking . Moody est dans un état lamentable, tout froid mais en bonne santé et pas blessé. Il se jette immédiatement sur moi. Je pleure de joie d’avoir retrouver notre Moody. J’appelle immédiatement tout le monde afin de les rassurer!

A la maison, Moody mange une bonne gamelle de croquettes et va faire une longue sieste dans son panier. Il a besoin d’un bon bain mais pour l’instant, on le laisse se reposer tout en le surveillant. Je pense qu’il a eu très peur… tout comme nous!

A présent, nous ne lâchons malheureusement plus Moody dans la forêt, nous sommes en période de chasse et pour rien au monde, nous voulons revivre ces moments!

 

Tous les articles du Journal de Moody :